biographie de Victor Hugo – biographie de Victor Hugo - Œuvres de Victor Hugo - Biographie détaillée de Victor Hugo – Courte biographie de Victor Hugo
Accueil Mes-Biographies

Biographie de Victor Hugo

Biographie détaillée de Victor Hugo

Biographie de Hugo
Biographie de Victor Hugo
Victor Hugo est né à Besançon en 1802 d’un père Lorrain Léopold Hugo, colonel, général d’empire puis gouverneur et d’une mère Bretonne Sophie Trébuchet. Il est le troisième fils de Leopold et Sophie. Tout jeune il accompagne son père dans ses déplacements de garnison.Son enfance est mouvementée entre Paris et les lieux de mutation de son père, entre l’amant de sa mère (le général Victor Lahorie) et les maîtresses de son père. En 1811, Sophie Hugo vient rejoindre son mari à Madrid avec ses trois enfants. Elle y reste un an. Cette année-là, Victor Hugo est pensionnaire dans une institution religieuse de Madrid, le collège des Nobles. En mars 1812 ses parents se séparent et Sophie Hugo retourne vivre dans le quartier du Val de Grâce à Paris. De retour à Paris, Victor Hugo grandit auprès d’une mère tendre et assez libérale. À quatorze ans, le futur poète écrivit sur un cahier d’écolier : « Je veux être Chateaubriand ou rien ».

En 1817, l’Académie, à l’occasion d’un concours qu’elle organise, est a deux doigts de lui décerner le prix ; mais le titre du poème de Victor Hugo, Trois lustres à peine, suggérant trop le très jeune âge du poète, effraye les jurés. Le prix lui échappe. En 1819, il se fiance secrètement, malgré la jalousie de son frère Eugène et contre l’avis de sa mère, avec Adèle Foucher, une amie d’enfance.
À vingt ans, il publie un recueil d’ Odes (1822), dont Ode sur la Mort du Duc de Berry encore classique par sa forme mais plein d’audace, qui lui vaut une pension royale de 2000 francs. Il le remaniera plus tard, sous le titre Odes et Ballades (1828).

Après la disparition de sa mère en 1822, il épouse le 12 octobre, à saint-Sulpice, Adèle Foucher, son amie d’enfance qui lui donne cinq enfants : Léopold, Léopoldine (1824), Charles (1826), François-Victor (1828) et Adèle (1830). En juillet 1823, naissance du premier des cinq enfants qu’auront Victor et Adèle Hugo. Il s’appelle Léopold, comme son grand-père. Léopold meurt prématurément le 9 octobre.
En mars 1824, Victor Hugo publie ses Nouvelles Odes. Un an après la mort de Léopold naît Léopoldine.
En 1825, Victor Hugo est fait chevalier de la Légion d’Honneur. Il devient chef de file d’un groupe de jeunes écrivains en créant le Cénacle. En 1826, il commence l’écriture de Cromwell, un drame en vers. Le 2 novembre naît Charles Hugo. Pendant ce même mois il publie ses Odes et Ballades.

La publication en 1827 de Cromwell, drame injouable, le désigne comme le chef de cette nouvelle école, il y expose sa théorie du drame, condamnation des règles classiques d’unité de lieu et de temps, recommandation de l’unité d’action, et enfin le droit et le devoir, pour l’art, de représenter la réalité sous tous ses aspects, même les plus laids et les plus grotesques.

Son père meurt le 29 janvier 1828. En octobre naissance de François-Victor Hugo.
En janvier et février 1829, publication des Orientales, nourri d’images de la Grèce en flammes et de visions de villes espagnoles. Hugo n’a jamais vu l’Orient, mais il lit les récits des voyageurs. Publication du Dernier jour d’un condamné. En Août, sa pièce Marion De Lorme est censurée.
Le 25 février 1830, Hernani, donne à Hugo l’occasion de mettre lui-même en pratique ses principes. Le triomphe de la pièce voit s’affronter les défenseurs de la tradition et les tenants des nouvelles doctrines au cours d’une soirée restée dans l’histoire sous le nom de « bataille d’Hernani ». Le 28 juillet, naissance d’Adèle Hugo. Début de l’idylle entre Adèle, l’épouse de Victor Hugo et Sainte-Beuve. Hugo va devenir le romancier du petit peuple évoluant du catholicisme et du monarchisme vers une pensée libérale et sociale, vers la compassion pour le petit peuple.

Le 15 mars 1831, publication de son premier roman historique, Notre-Dame de Paris qui met en scène un couple devenu mythique, Quasimodo et Esmeralda. Il s’intéresse à la politique, à la misère ouvrière Han d’Islande, et s’interroge sur les moyens par lesquels le peuple pourrait conquérir le droit à la parole. La Révolution de 1830 permet à sa pièce, Marion de Lorme, d’être jouée à la Porte Saint-Martin . Elle remporte un assez grand succès. Le 24 novembre, Victor Hugo publie les Feuilles d’Automne dans lequel s’affirment les thèmes majeurs de la poésie hugolienne : la nature, l’amour, le droit du rêve. Hugo illustre ses théories au théâtre, avec des drames passionnés comme Le roi s’amuse. Lors de la représentation au Thêatre-Français le 22 novembre 1832, c’est le scandale et la pièce sera interdite. Cette interdiction vaudra à Hugo de plaider lui-même lors d’un procès mémorable la cause de la liberté d’expression.

Le 2 février 1833, première de Lucrèce Borgia, pièce dans laquelle joue Juliette Drouet. Elle deviendra quelques semaines après la maîtresse de Victor Hugo et le restera jusqu’à sa mort. Première de Marie Tudor le 6 novembre. Le rôle titre est interprété par Melle Georges, actrice favorite de Napoléon 1er.
En 1834, fuite de Juliette Drouet en Bretagne. Victor Hugo la rejoint.
En 1835, écriture d’Angelo dont la première a lieu le 28 avril. Rupture entre Victor Hugo et Sainte-Beuve. Le 26 octobre, publication des Chants du crépuscule.
En 1836, Victor Hugo essuie ses deux premiers échecs à l’Académie française : le 18 février, elle lui préfère Dupaty et le 29 décembre, Mignet.

En 1837, mort de son frère Eugène. Publication des Voix intérieures où apparaît le personnage d’Olympio, double et interlocuteur du poète, qui fut immortalisé peu après par le célèbre poème « !Tristesse d’Olympio ! » dans les Rayons et les Ombres. Victor Hugo se rapproche de la famille royale d’Orléans et est fait Officier de la Légion d’Honneur.
En 1838, première de Ruy Blas que Victor Hugo a écrit pour l’inauguration du Théâtre de la Renaissance. Lassé des querelles du Thêatre-Français, il espère bien faire du Théâtre de la Renaissance son théâtre privilégié.

En 1839, il voyage avec Juliette Drouet en Alsace, en Suisse et dans le sud-est de la France.
En 1840 , il essuie un troisième échec à l’Académie Française mais est finalement élu en 1841, la réception a lieu le 3 juin.

En 1843, sa fille Léopoldine épouse Charles Vacquerie. Victor Hugo est affecté le 7 mars 1843, par l’échec de son drame, les Burgraves, signe de la décadence du théâtre romantique, et surtout par la mort tragique le 4 septembre de sa fille Léopoldine, noyée dans la Seine avec son mari, à Villequier. Victor Hugo, alors dans les Pyrénées, l’apprend le 9 septembre par la lecture d’un journal. Il rentre à Paris le 12. Période deuil et de désespoir. Il arrête d’écrire pendant trois ans.

Le 13 avril 1845, Louis-Philippe signe le décret nommant Victor Hugo pair de France. Liaison passionnée avec Léonie Biard auprès de laquelle il est surpris le 5 juillet en flagrant délit d’adultère. Scandale public. Léonie Biard est emprisonnée, tandis que son titre de pair de France vaut à Hugo d’échapper à la prison. Victor Hugo se fait oublier et commence à écrire les Misères, qui deviendront Les Misérables.
Le 4 juin 1848, Victor Hugo est élu député. Le 20 juin, il prononce son premier discours à l’Assemblée 1er août. Il soutient la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence de la République.
En juillet 1849, Victor Hugo fait scandale à l’Assemblée en prononçant son discours sur la misère. Bien qu’ayant soutenu sa candidature l’année précédente, Il s’oppose à Louis-Napoléon qu’il considère comme un tyran. Il fuit en Belgique.

Le 15 janvier 1850, discours de Victor Hugo à l’Assemblée sur la liberté de l’enseignement, le suffrage universel et la liberté de la presse. En juillet 1851, discours de Victor Hugo à l’Assemblée contre les projets de Louis Bonaparte. Fin juillet, Charles Hugo est écroué à la Conciergerie, en novembre, c’est le tour de François-Victor. Violemment opposé au coup d’État du 2 décembre 1851, il tente, en vain, d’organiser la résistance. Le 11 décembre au soir, muni d’un faux passeport, il prend le train pour Bruxelles. Son exil durera jusqu’à la chute de Napoléon III (1870).
Début janvier 1852, Louis-Napoléon Bonaparte signe le décret d’expulsion qui frappe Victor Hugo. Celui-ci lui répond en publiant en Août Napoléon le Petit. Le 5 août, Hugo arrive à Jersey et s’y installe.
En 1853, il publie les Châtiments. Les 98 poèmes des Châtiments décrivent sa colère et son indignation suite au coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte. Ils contiennet 6200 vers, organisés en sept parties dont chacune a pour titre une des formules utilisées par Napoléon III pour justifier son coup d’État. Le recueil s’ouvre sur un poème Nox « nuit » qui fait allusion aux ténèbres qui enveloppent le temps présent (le règne de Napoléon III) auquel répond un autre poème, Lux « lumière, jour », l’espérance d’un avenir meilleur.

Au début de 1854, il intervention dans l’affaire Tapner qui sera exécuté le 10 février.
En octobre 1855, les autorités de Jersey expulsent Victor Hugo. Il quitte Jersey pour Guernesey, une île plus petite et plus sauvage que Jersey où il deviendra pour la 1re fois propriétaire de sa demeure. Pendant quinze ans, Hugo restera en exil, écrivant des satires contre celui qu’il appelle 'Napoléon le petit'. Mais c’est aussi l’époque où il produit ses plus grandes oeuvres : Les contemplations, La légende des siècles et Les misérables.

En avril 1856, publication des Comtemplationsdans lequel il se lance à l’assaut de tous les domaines de la connaissance, la nature, le moi, l’univers. L’oeuvre s’articule autour de la terrible épreuve que fut la mort de sa fille, les poèmes « Autrefois » et « Aujourd’hui » y évoquent Léopoldine.Avec ses droits d’auteur, il achète Hauteville-House, une grande maison qui donne sur la mer . En décembre, Adèle, sa fille, qui supporte difficilement cet exil tombe gravement malade.
Fin juin 1858 Victor Hugo tombe gravement malade à son tour. Pendant plus d’un mois il doit garder la chambre. Il ne sort, très affaibli, pour la première fois que le 4 août.
En Août 1859, Napoléon III accorde l’amnistie aux proscrits républicains. Victor Hugo se refuse pourtant à regagner la France. Il publie en septembre la Légende des siècles qui est le projet d’une épopée qui embrasse la totalité de l’histoire et dont les poèmes illustrent la suite des âges.
En mars 1861, pour la première fois, il quitte Guernesey pour se rendre en Belgique. Il termine Les Misérables qui désigne toutes les victimes d’un ordre social dont Hugo dénonce les rigueurs et les injustice à travers les personnages principaux, Fantine, Jean Valjean, Cosette, Marius, Gavroche. En septembre il regagne Guernesey sans son fils Charles qui préfère rester sur le continent.
En avril 1862 paraît la première partie des Misérables à Paris. Les deuxièmes et troisièmes parties paraîtront en juin.

En 1864, publication de William Shakespeare.
En janvier 1865, mort de la fiancée de François-Victor. Sa mère et lui quittent Guernesey pour s’installer à Bruxelles. Mi-octobre, Victor Hugo assiste, à Bruxelles, au mariage de son fils Charles. Le 25 octobre a lieu le lancement des Chansons des rues et des bois. Le 30, il rentre à Guernesey.
En mars 1866, publication des Travailleurs de la mer, Mille francs de récompense, et l’Intervention.
Le 31 mars 1867, naissance de Georges Hugo à Bruxelles : Victor Hugo est grand-père pour la première fois, mais Georges meurt en mars 1868. En août, mort d’Adèle Hugo, son épouse.
En avril et en mai 1869, publication des quatre tomes de l’Homme qui rit.
Reprise, à Paris, en février 1870, de Lucrèce Borgia. Le 4 septembre, proclamation de la République. Le 5 septembre, Victor Hugo est accueilli triomphalement à Paris. Tête de liste des républicains à Paris, Victor Hugo est élu député avec 214 169 voix. à la Constituante.
En février 1871, il part avec sa famille pour Bordeaux, où va siéger l’Assemblée Nationale. Il a de vastes projets, abolition de la peine de mort, réforme de la magistrature, défense des droits de la femme, instruction obligatoire et gratuite, création des États-Unis d’Europe. Désillusionné, il démissionne le 8 mars. Le 13 mars : mort subite, à Bordeaux, de Charles Hugo.
En janvier 1872, Victor Hugo est battu aux élections. En février, sa fille Adèle, est internée à Saint-Mandé où elle mourra en 1915. En août, Victor Hugo repart à Guernesey. Il y commence Quatre-Vingt-Treize ( publié en 1874), initialement prévu pour une trilogie qui aurait compris, outre L’homme qui rit, un roman consacré à l’aristocratie, et un volume sur la monarchie. Quatrevingt-Treize, écrit à Guernesey de décembre 1872 à juin 1873 .

En décembre 1873, : mort de son second fils François-Victor.
Publication en 1874 de Mes Fils.

En juin 1875, publication du premier volume d’Actes et Paroles (Avant l’exil), suivi en novembre du second volume (Pendant l’exil.

En janvier 1876, il est élu sénateur de Paris. Le 22 mai, il intervient au Sénat en faveur de l’amnistie des communards. En juillet, publication du troisième volume d’Actes et Paroles (Depuis l’exil).
En février 1877, publication de la deuxième série de la Légende des Siècles et en mai de l’Art d’être grand-père. Le 10 octobre, publication de la première partie de l’Histoire d’un crime.

En mars 1878, publication de la deuxième partie de l’Histoire d’un crime et en avril, du Pape. Fin juin, Victor Hugo est victime d’une congestion cérébrale. Le 4 juillet, il part pour Guernesey et le 13 octobre, il fait une rechute. Le 9 novembre, il rentre à Paris et s’installe avenue d’Eylau, sa dernière demeure. Il va pratiquement cesser d’écrire.

En février 1879, publication de la Pitié Suprême. Le 28 février, nouvelle intervention, au Sénat, en faveur de l’amnistie.

En 1880, publication de Religions et religion (écrit en 1870).

Le 27 février 1882, un Immense hommage est rendu à Victor Hugo, le jour de son quatre-vingtième anniversaire. Six cent mille personnes, écoliers, ouvriers, parisiens de tous horizons défilent toute la journée sous ses fenêtres et laissent une avenue d’Eylau couverte de fleurs. Hugo devient alors une sorte de patriarche national des lettres. L’avenue sera rebaptisée cette année- là, Avenue Victor Hugo.
Le 11 mai 1883, mort de Juliette Drouet. En juin, publication du troisième Tome de la Légende des Siècles.
Le vendredi 15 mai 1885, il est victime d’une congestion pulmonaire. Il meurt le vendredi 22 mai. Le gouvernement décide de funérailles nationales. Le 1er juin, une foule immense lui rend hommage en criant 'Vive Victor Hugo'. Ce cortège de plusieurs centaines de milliers de personnes suivra, depuis l’Étoile jusqu’au Panthéon, le « corbillard des pauvres » qu’il avait réclamé. « Je donne cinquante mille francs aux pauvres et je désire être porté au cimetière dans leur corbillard. Je refuse l’oraison de toutes les Églises. Je demande une prière à toutes les âmes. Je crois en Dieu » : ce furent là ses dernières volontés.

Cette biographie de Victor Hugo vous a été présentée par mes-biographies.com
Tous droits réservés - Nous contacter, poser une question, écrivez nous sur contact@mes-biographies.com