biographie de Emile Zola – biographie de Emile Zola - Œuvres de Emile Zola - Biographie détaillée de Emile Zola – Courte biographie de Emile Zola
Accueil Mes-Biographies

Biographie de Emile Zola

Biographie détaillée de Emile Zola

Biographie de Zola
Biographie de Emile Zola
Sa famille était originaire de Zara, en Dalmatie. L’arrière grand-père d’Emile Zola, Antoine était capitaine des Fauté, au service de la république de Venise. Son fils Demenius-Charles, s’est épris de Nicoletta Bondioli, jeune fille grecque de Corfou, et de cette union est né le 8 août 1795, à Venise, François Zola le père d’Emile.

Emile-Edouard-Charles-Antoine nait le 2 avril 1840 à Paris à 11 heures au 4è du 10 rue Saint Joseph, meublé perdu, entre le sentier et la rue Montmartre. Son père est ingénieur des travaux publics (il travaille à la construction du canal qui portera plus tard son nom) et d’Emilie Aubert dont les parents étaient des artisans beaucerons. Il est baptisé le 30 avril. Emile Zola est mis en nourrice, à Dourdan, pendant 2 années. A deux ans, Emile fait une fièvre cérébrale. Les sangsues ne prennent pas. On craint pour sa vie. Et puis, il se remet à trotter. A 3 ans, il est toujours pâle, fluet et de formes féminines.
La famille Zola s’installe à Aix en Provence en 1843 ; François ayant signé avec la municipalité d’Aix-en-Provence, un traité déclarant d’utilité public la construction d’un barrage et d’un canal d’adduction d’eau potable. Ils s’installent cours St Anne, puis, bientôt dans la propre maison de famille de Thiers. Cette ville, Zola l’évoquera dans son œuvre sous le nom de Plassans.

Emile mène la vie d’un enfant gâté. A quatre ans, Emile court dans le jardin, sa santé se porte mieux. Il a trouvé son vrai pays.

Le 3 avril 1845, à Marseille, un domestique arabe fut chassé par la famille. Emilie Zola s’inquiétant de la mauvaise santé d’Emile en chercha en vain les causes. Quand elle surpris le jeune Arabe qui se livrait à des attouchements sur son jeune maître. Un rapport de police fait foi du fait.
Il revient à Paris pour une année en 1846 : son père était en instance pour obtenir une ordonnance royale nécessaire pour ses travaux, qu’il obtiendra à l’automne 1846. L’enfant sauvage devient alors un bambin sérieux et pensif. L’élocution n’était pas aisé. En dépit des jeux, du grand air, de l’absence de servitude scolaire, Emile, reste facilement effarouché un peu fille et trop gâté. A sept ans, il ne sait pas encore l’alphabet, et il ne saura lire qu’à partir de huit ans.

La mort du père d’Emile Zola le 22 mars 1847 met sa famille dans une situation financière difficile. Comme tous les ingénieurs civils de l’époque, il a dû s’endetter pour mettre au point ses projets. Les parents de Mme Zola, de petits artisans beaucerons désargentés mais courageux, viennent vivre avec elle et leur petit-fils. Emile doit alors se résigner à entrer à l’école Notre-Dame. Cette institution était tout indiquée pour dégourdir Emile et lui enseigner, en même temps que les rudiments du français, l’école buissonnière. A onze ans il fait un nouveau voyage à Paris, où il y passe six à huit mois.

En octobre 1852, Emile Zola débute des études secondaires au collège Bourbon à Aix jusqu’en 1857. Il se lie d’amitié avec Paul Cézanne, outré des mauvais traitements dont il voyait accabler cet élève doux et peu bruyant, prit résolument sa défense. Les grandes promenades dans les environs d’Aix mettaient les trois amis, Cézanne, Zola et Baille, en contact avec la nature et développaient en eux le goût poétique. Cézanne et Zola faisaient des vers, Baille lui-même y était entraîné. Quelles discussions dans la campagne, discussions jamais finies, toujours animées de l’enthousiasme que la lecture des poètes illustres éveillait au cœur des trois inséparables.

Le 10 août 1853, après avoir sauté une classe, il emporte le premier accessit pour le prix d’excellence, le deuxième prix en thème, le premier prix en version, le deuxième accessit en grammaire française, premier prix en histoire géographie, premier prix en récitation classique.
Emile obtint une bourse, à la fin 1854.

Après la mort de la grand-mère, en novembre 1857, Mme Zola s’estimant lésé par les anciens associés de son mari, décide de venir seule à Paris demander protection à Thiers, alors écarté du pouvoir.
M. Labot, avocat au Conseil d’Etat, s’était jadis trouvé à Aix au moment de la mort de François Zola pour la clôture de l’enquête relative au canal, il avait tenu un des cordons du corbillard ; il obtint pour Emile Zola une bourse au lycée Saint-Louis, section des sciences, et Zola revient s’installer à Paris, avec son grand père Louis Aubert,en qualité d’externe surveillé.

En août et septembre 1859, alors au lycée Saint-Louis, il échoue au baccalauréat. Il abandonne ses études et connaît une vie de bohème parfois difficile. Il lit beaucoup et commence à écrire contes et poèmes.
En mars 1862, il entre comme employé chez Hachette. Il y restera quatre ans et deviendra rapidement chef de publicité (1864). Il publie ses premières chroniques dans la presse.


En novembre 1864, il publie un recueil de nouvelles : Les Contes à Ninon.

En 1865, il publie son premier roman, d’inspiration autobiographique : La Confession de Claude et rencontre Gabrielle-Alexandrine Meley qu’il épousera en 1870.

En septembre 1866, il quitte Hachette et devient chroniqueur littéraire à l’Evénement de Villemesan. Pendant trente jours Zola écrit sans savoir quel serait son sort. Il recueille un certain nombre de ces articles sous le titre Mes Haines. Il publie également des articles sur la peinture. Il défend avec beaucoup de conviction Manet et des peintres qu’on appellera bientôt les impressionnistes par opposition aux peintres académiques. Villemesan décide de lui retirer la critique. Zola s’incline. Alors il écrit son dernier article Adieu d’un critique d’art. Le vœu d’une morte paraît, en novembre 1866, sans succès, en contrepartie de son éviction de la critique.

En 1867, il publie Thérese Raquin, et Les mystères de Marseille.

En 1868, il publie Madeleine Férat et imagine le cycle des Rougon Macquart qui prévoit une vingtaine de volumes. Il en remet le plan à son éditeur, Lacroix. Il écrit dans des journaux d’opposition à l’Empire des articles de plus en plus virulents. Dans Mes salons, il fait l’éloge de la peinture de Manet, Sisley, Courbet et Monet.

En 1870, parait dans Le Siècle le premier titre des Rougon-Macquart : La Fortune des Rougon.. La chute du second Empire lui évite des poursuites judiciaires. Il épouse le 31 mai Alexandrine Méley, vit à Marseille, avant de partir pour Bordeaux où il travaille à la délégation du gouvernement provisoire.
De retour à Paris en mars 1871, il publie La Curée.

En 1872, il se lie d’amitié avec Flaubert et Alphonse Daudet. Son éditeur, Lacroix ayant fait faillite, il signe le 22 juillet avec un nouvel éditeur, Georges Charpentier. En 1873, il rencontre avec Maupassant et Mallarmé et publie Le Ventre de Paris, suivi de La Conquête de Plassans, Les héritiers Rabourdin, Les nouveaux contes à Ninon en 1874, de La Faute de l’abbé Mouret en 1875, Son Excellence Eugène Rougon en 1876, avant d’atteindre la célébrité avec L’Assommoir en 1877 qui lui permet d’acheter une villa à Médan où il y habitera plusieurs mois par an jusque 1902. Ce succès fait de lui le chef de file des Naturalistes : il en exposera la théorie dans Le Roman expérimental (1880), Le Naturalisme au théâtre (1881) et Les Romanciers naturalistes (1881), les documents littéraires et Une campagne en 1882.
En 1878, il publie Une page d’amour et Nana en 1880 qui crée un scandale. parait aussi Les soirées de Médan, un recueil collectif regroupant des contes et nouvelles écrits par Emile Zola et ses amis invités à Médan. Sa mère meurt.

En 1882, il publie Pot bouille et Capitaine Burle, puis Au bonheur des dames en 1883, Naïs Micoulin (contenant La Mort d’Olivier Bécaille, Naïs Micoulin, Nantas, Jacques Damour, Madame Neigeon, Les Coquillages de M. Chabre) et La joie de vivre en 1884, Germinal en 1885, L’œuvre en 1886 qui cause la rupture avec Cézanne, qui se reconnait dans le personnage du peintre avorté Claude Lantier.
La Terre est publié en 1887, et Henry Céard tire du Capitaine Burle, une pièce en un acte, Tout pour l’honneur. La même année, un autre de ses disciples, Léon Hennique, adapte une autre de ses nouvelles, Jacques Damour.

Le Rêve est publié en 1888.

Emile Zola entretient une liaison avec Jeanne Rozerot, une jeune lingère de vingt ans engagée par sa femme. Il va mener une double vie entre son épouse et cette jeune femme. Il aura deux enfants avec Jeanne Rozerot : Denise (20 septembre 1889) et Jacques (25 septembre 1891).

En 1889, il échoue à l’Académie Française (il sera candidat vingt-cinq fois entre 1890 et 1897).
En 1890, il publie La Bête humaine, L’Argent en 1891, La Débâcle en 1892. Cette même année, Zola est nommé président de la Société des Gens de Lettres.

Le 14 juillet 1893, Zola est fait chevalier de la légion d’honneur.

En 1893, Le Docteur Pascal clôt le cycle des Rougon-Macquart, et débute un nouveau cycle romanesque, Les Trois Villes avec Lourdes en 1894, Rome en 1896, Paris en 1898. En 1895, il publie Messidor.
En 1897, Emile Zola commence à prendre parti pour le capitaine Dreyfus. Il publie dans L’Aurore le 13 janvier 1898 une lettre au président Felix Faure intitulée : J’accuse. Le Ministère de la Guerre lui intente un procès du 17 au 23 février et il est condamné à 3000F d’amende et un an de prison. Le 18 juillet, il s’exile à Londres pour revenir l’année suivante, le 5 juin, après la cassation de son procès. Il commence un nouveau cycle les Quatre Evangiles avec Fécondité, Travail en 1900, Vérité en 1903, Justice ne sera pas écrit.

Un recueil d’articles sur l’affaire Dreyfus, La Vérité en marche, parait en 1901.

Emile Zola meurt le 29 septembre 1902 à Paris, asphyxié dans des conditions mystérieuses, à cause, semble-t-il, d’une main criminelle qui en aurait bouché la cheminée. Le 5 octobre , enterrement d’Emile Zola au cimetière Montmartre, accompagné par une foule immense.

En 1908, les cendres d’Emile Zola sont transférées au Panthéon.

Cette biographie de Emile Zola vous a été présentée par mes-biographies.com
Tous droits réservés - Nous contacter, poser une question, écrivez nous sur contact@mes-biographies.com