biographie de Diderot – biographie de Denis Diderot - Œuvres de Diderot - Biographie détaillée de Diderot – Courte biographie de Diderot
Accueil Mes-Biographies

Biographie de Diderot

Biographie détaillée de Diderot

Biographie de Diderot
Biographie de Diderot
Denis Diderot est né à Langres en octobre 1713. Fils aîné d'une famille catholique aisée de couteliers langrois, il entre au collège des Jésuites en 1723. Son oncle, chanoine, le pousse vers la prêtrise ; il est tonsuré à 13 ans. Il fait d'excellentes études et les poursuit au collège Louis Le Grand à Paris, pour étudier la philosophie, la théologie, et le droit. Il est reçu maître ès art en 1732 à l'université de Paris.

Entre 1733 et 1736, Diderot travaille chez le procureur Clément de Ris. Pendant quelques mois, il exerce les fonctions de précepteur, chez le receveur général des finances du Poitou, Randon de Massane.

Il édite une traduction de l'Histoire de Grèce de l'Anglais Temple Stanyan. En 1742, Diderot se lie avec Rousseau et fait la connaissance de Grimm, par son intermédiaire. Contre le gré de son père, il épouse en 1743 Antoinette Champion, une lingère. Il publie en 1745 une traduction libre de l' Essai sur le mérite et la vertu du philosophe anglais Shaftesbury, à laquelle succède en 1746 sa première œuvre philosophique personnelle, les Pensées philosophiques. Il attaque à la fois l'athéisme et le scepticisme, sans ménager les bases traditionnelles de la religion. L'ouvrage est condamné par le parlement de Paris. Dès lors, Diderot est considéré comme un écrivain subversif. Il collabore aussi à la traduction du Dictionnaire de Médecine, de Robert James. Avec d'Alembert, Diderot est chargé en 1747 de diriger l'Encyclopédie, cette vaste entreprise qui l'occupe sans relâche jusqu'en 1772. Il rédige La Promenade du Sceptique. La Lettre sur les Aveugles à l'usage de ceux qui voient, (1749), lui vaut une incarcération de quelques mois à Vincennes. En octobre 1750, le Prospectus de l'Encyclopédie est publié. Il rencontre l'écrivain et critique allemand Friedrich Melchior Grimm qui deviendra son meilleur ami.

En 1751, il reçoit le diplôme de membre de l'Académie de Berlin. Il poursuivit en parallèle son œuvre littéraire, tout en menant une vie éclectique et tumultueuse. Ses romans, ses critiques et ses essais philosophiques montrent le souci de définir la véritable nature de l'homme et sa place dans le monde. Diderot propose une morale universelle assise, non pas sur Dieu, mais sur les sentiments naturels de l'homme et sur la raison. Il ne tarde pas à se lancer dans la lutte philosophique. L'essai sur L'interprétation de la Nature (1754) poursuit la mise au point progressive de sa vision moraliste du monde. En 1756, Diderot se lie à Sophie Volland, avec laquelle il entretiendra, de 1759 à 1774, une des plus admirables correspondances de la littérature.

Diderot se fait connaître comme auteur dramatique, il publie en 1757 Le Fils naturel où il s'explique sur les réformes qu'il veut introduire dans le genre dramatique, sur le modèle du drame bourgeois ou de la comédie sérieuse à l'anglaise, et se brouille avec Jean-Jacques Rousseau. La pièce n'est jouée qu'en 1771, sans succès. En revanche, Le Père de famille, créé à la Comédie-Française en 1758, connaît une jolie carrière.

À la demande de son ami Grimm, il devient, l'année suivante, le critique d'art de la revue La Correspondance littéraire. Le Neveu de Rameau, Jacques le Fataliste sont en chantier. En 1769, Le Rêve d'Alembert répond aux questions posées en 1754 sur l'origine de la vie. La structure de la matière, l'organisation des êtres marque l'apogée de son matérialisme.

En 1772, il achève la publication des derniers volumes des planches de L'Encyclopédie. Entré en relation avec l'impératrice de Russie, Catherine II, qui lui avait acheté sa bibliothèque, il décide en 1773 de partir à Saint-Pétersbourg. Il revient l'année suivante fatigué et malade. Il donne en 1774, les Entretiens d'un philosophe avec la maréchale de *** . À partir de 1776, la production de Diderot se raréfie. Sa santé est devenue précaire. En 1778, paraît l'Essai sur la vie de Sénèque, de Jacques le Fataliste.

En 1782, L'Essai sur les règnes de Claude et de Néron nous livre le dernier état de la pensée de Diderot. Le moraliste l'emporte sur le philosophe : le stoïcisme est une attitude digne de l'homme.

Le 31 Juillet 1784, Diderot est emporté par une attaque d'apoplexie. Son corps repose à l'église Saint-Roch à Paris.

Cette biographie de Diderot vous a été présentée par mes-biographies.com
Tous droits réservés - Nous contacter, poser une question, écrivez nous sur contact@mes-biographies.com




cliquez ici
Pour accéder directement à mes-biographies.com : Publicité: